Si une nouvelle crise devait se déclarer, la banque suisse UBS estime que les autorités monétaires devraient théoriquement abaisser leurs taux d’intérêt à -4 ou -5% pour stimuler l’économie dans les mêmes proportions que lors du choc de 2008-2009.

Lire la suite

Publié le