La banque a décidé de transiger avec le fonds souverain libyen alors qu’un procès devait s’ouvrir à Londres.
Elle doit encore régler son contentieux avec les autorités américaines sur des violations d’embargo. LIRE LA SUITE